Les Strasbourgeois ont réussi leur visite à Auxerre lundi, avec une victoire 2-0 à l’occasion de la 30e journée de Ligue 2. Coup double pour les Alsaciens, qui réintègrent le top 3 par la même occasion.

Strasbourg est un vrai candidat à la montée. On avait pu en douter il y a deux semaines, après la défaite inattendue à Valenciennes (2-1) qui était aussi la deuxième d’affilée pour les Alsaciens, une première cette saison. Mais les joueurs de Thierry Laurey ont officiellement relancé la machine, décrochant cette fois un deuxième succès de suite à Auxerre (0-2), après la large et très importante victoire contre l’ancien leader Brest la semaine passée (4-1). Pour le RCS, c’est donc une belle fin de saison qui s’annonce.

A huit journées de la fin, la lutte pour la montée en Ligue 1 reste extrêmement disputée. Lens, nouveau premier, et Brest sont à égalité de points, alors que Strasbourg grimpe à nouveau sur le podium grâce à cette victoire à deux buts d’écart. Les pensionnaires de la Meinau, qui disposent de la meilleure attaque du championnat, coiffent ainsi Reims à la troisième place (qui offre un barrage, rappelons-le, contre le 18e de Ligue 1). Mais derrière, Amiens n’est qu’à un petit point, Troyes à deux et Nîmes à quatre.

Blayac: « On prenait trop de buts à l’extérieur »

Strasbourg, bien peu flamboyant à l’Abbé-Deschamps, a dû attendre la 71e minute pour débloquer la situation grâce à Baptiste Guillaume, au sortir d’un petit cafouillage sur coup franc. Jérémy Blayac a doublé la mise à deux minutes du terme, en contre: « On est récompensés, pense ce dernier sur Canal+ Sport. On a su retrouver les valeurs en déplacement, être costauds, placer des flèches et être aussi dangereux sur coups de pieds arrêtés. Depuis le début 2017, on laissait beaucoup trop d’espace à l’extérieur et on prenait trop de buts. Or, on sait que si on est très costauds, on peut faire mal offensivement. »

Il relève aussi quelques détails à améliorer, comme les sorties de balle encore un peu poussives. Mais au vu du scénario du match, loin d’avoir été écrasé par son équipe, il faut bien sûr retenir la satisfaction des trois points avant tout. L’AJA, à l’autre bout du classement, s’enfonce à la 18e place. Mickaël Tacalfred, à l’issue de la partie, se montrait lui résigné, abattu par un tel résultat alors que le contenu semblait encourageant. Les Bourguignons aussi sont virtuellement barragistes, mais contre le troisième de National.

Lisez aussi:  «Pourquoi spécialement un coach Espagnol ?»

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *