Les très basses températures annoncées sur l’ensemble des Hauts-de-France hier soir ont fatalement pris position au ras de la pelouse du Hainaut. Plus vives et retors qu’ailleurs peut-être. L’aire de jeu valenciennoise a, quoi qu’il en soit, vite ressemblé à une patinoire de marché de Noël en fin de cycle dans ce match pourtant promis à bel avenir. Les glissades et appuis douteux ont perlé.

Le constat de la première période était surtout sans appel. Pas de jeu, pas de rythme. Rien à se mettre sous la dent. On a presque remercié M. Thual d’avoir hâté la mise au chaud des acteurs et spectateurs après un tel simulacre. Mais bien sûr, VA peut invoquer cette solide circonstance atténuante pour ce non-spectacle indépendant de sa volonté. La sortie dès la 28e minute de Nuno Da Costa. Le meilleur buteur de la meilleure attaque de Ligue 2, 16 buts sur l’année civile 2016, venait d’être trahi par ses adducteurs. Au bout de la seule action notable des siens.

Sochaux, n’a heureusement, pas déploré un tel coup dur à l’ordonnancement de ses œuvres défensives. Sa spécialité N° 1. Son fonds de commerce. Auteur de la seule frappe potable des jaune et bleu (22e ), Florian Tardieu a mené l’autocritique. Et taclé là où ça fait mal : « On doit faire plus ! On court après le ballon alors que c’est à nous de presser les défenseurs adverses. Il faut qu’on y arrive en 2e mi-temps si on veut marquer… un but synonyme de 2e place ! Ça Florian Tardieu ne l’a pas redit. Mais il y a fortement pensé. En déliant les jambes, en ajustant le jeu de passes au niveau des conditions, Sochaux pouvait faire cent fois mieux que trembler du genou. S’en est-il donné la peine ? Un coup franc de Tardieu est passé tout près du cadre dès la 46e. Mais cette ouverture du score recherchée avec plus d’allant, VA l’a signée. Du pied gauche d’Edouard Butin sur centre de Niakhaté (65e ). Sobre à la célébration, Butin était félicité en premier par Roudet et Diarra. Deux autres « ex » de la maison jaune et bleu. Joie nordiste de courte durée !

Lisez aussi:  Ligue 2 : Laval avec ses recrues face à Troyes

Faustin entre et marque !

Une superbe tête smashée de… Faneva Andriatsima est venue redresser les torts de sa défense. Sur ce parfait corner de Tardieu (70e ). Sans forcement récupérer la totalité de l’ivresse escomptée, le match était au moins sauvé par cette fièvre subite d’efficacité. À l’enseigne du grand Faneva, une révérence s’impose. Le Malgache a atteint la barre à deux chiffres avec une implication record sur 8 des 9 buts inscrits par Sochaux à l’extérieur. Mais hélas ce coup de casque n’a pas suffi à valider le point minimal que Sochaux était venu chercher. À l’emballage des arrêts de jeu, Ilaimaharitra a commis l’énorme erreur de donner ce ballon de but « cadeau du ciel » à Andy Faustin qui venait à peine d’investir la patinoire du Hainaut. Ni une, ni deux. VA a marqué et empoché la mise malgré un ultime baroud d’honneur sochalien.

Issue cruelle mais quelque part justifiée. On ne peut pas ambitionner le podium en ne jouant que 45 minutes. Va s’en est bien sorti. Et Sochaux s’est tiré une balle dans le pied. 2017 commence mal.

Lisez aussi:  Ligue 1-15ème journée: Jaraaf et NGB battus, Génération Foot s'envole au classement

Valenciennes – Sochaux : 2-1

Mi-temps (0-0) ; Arbitre M. Thual.

6.567 pectateurs

Les buts. Valenciennes : Butin (64’), Faustin (90’) ; Sochaux : Andriatsima (70’)

Avertissements. Valenciennes : Kantari (78’) ; Sochaux : Onguéné (68’)

VALENCIENNES : Perquis – Néry, Nestor, Kantari, Niakhaté – Enza Yamissi, Tameze, Fulgini, Roudet (Azbague 86’), Diarra (Faustin 86’) – Da Costa (Butin 28’).

SOCHAUX : Prévot – Alphonse, Konaté, Ogier, Gibaud – Tardieu, Ramaré (Robinet 65’), Ilaimharitra, Bérenguer, Honorat (Sao 60’) – Andriatsima.

De notre envoyé spécial, François DIDION

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *