Foot Ligue 2 Quevilly

Publié le

Né il y a deux ans du rapprochement entre l’US Quevilly et le FC Rouen, QRM veut continuer à grandir en Ligue 2.

Football - Ligue 2 - Stanislas Oliveira est le capitaine de Quevilly-Rouen. (A.Reau/L'Equipe)

Stanislas Oliveira est le capitaine de Quevilly-Rouen. (A.Reau/L’Equipe)

Après treize ans de disette, le public rouennais retrouve la L 2. Pas avec le FC Rouen (FCR), en DH ­depuis 2013 et qui remonte en N 3 (ex-CFA 2) cette saison, mais avec QRM. Sous cet acronyme se cache Quevilly Rouen Métropole, entité hybride née en 2015 du rapprochement (au niveau de l’élite uniquement) entre l’US Quevilly (USQ) et le FCR.

Si Michel Mallet, son président, s’était donné deux saisons pour hisser le club de CFA en National, les Normands ont mis les bouchées doubles, s’offrant deux montées successives pour s’inviter en L 2. «On se prépare à souffrir mais on va essayer de bien figurer. Pour un club qui a grandi aussi vite que nous, l’intérêt, quand vous vous hissez à ce niveau, c’est d’y rester», souligne l’entraîneur Emmanuel Da Costa.

Lisez aussi:  Football. Chamois : Matthieu Sans de retour à Tours

Doté d’un budget de 6,1 M€ (contre 1,9 M€ l’an passé), le promu a recruté quelques joueurs expérimentés de L 2, tels le gardien Joan Hartock ou le défenseur Jacques Salze. En attaque, Mathieu Duhamel (81 buts en 207 matches de L 1 et L 2), qui a résilié son contrat avec Le Havre, aura la lourde tâche de remplacer Medhy Guezoui (14 buts l’an passé), élu meilleur joueur de National et parti à Valenciennes.

La problématique du stade

Parallèlement à l’objectif sportif, QRM vise aussi l’adhésion populaire. Un défi dans un contexte tendu avec les supporters histo­riques du FCR, vent debout contre QRM. Si le club espère s’inscrire sur la lancée de l’engouement de fin de saison (6 677 spectateurs pour la montée face à Dunkerque, 2-0, contre 1 550 de moyenne auparavant dont une majorité d’invitations), il part avec un sérieux handicap.

Diochon étant en travaux jusqu’en octobre pour être mis aux normes, QRM ne pourra y jouer avant la 11e journée. D’ici là, il évoluera à la MMArena du Mans. «C’est la moins pire des solutions», explique Da Costa, après que le club a envisagé de jongler entre les enceintes du Havre, de Caen et de Beauvais pour accueillir ses cinq matches délocalisés. «Jouer dans le même stade nous permettra d’avoir des repères», espère le coach. Y compris visuels car Le Mans (N2) partage les mêmes couleurs – rouge et jaune – que QRM.

Lisez aussi:  Amiens renverse Brest et revient à un point du podium de la L2

Jocelyn Lermusieaux

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *