Foot Ligue 1 OM

Publié le

Valère Germain, Luiz Gustavo et Bouna Sarr ont, pour des raisons diverses, donné satisfaction depuis la reprise de l’OM.

Football - Ligue 1 - Valère Germain performe durant la préparation estivale. (P.Lahalle/L'Equipe)

Valère Germain performe durant la préparation estivale. (P.Lahalle/L’Equipe)

Valère Germain : Monsieur un but par match

Une réalisation contre le FC Sion (3-2), une deuxième face à l’Étoile du Sahel (2-0), une troisième pour occire Fenerbahçe samedi (1-0) : Valère Germain se régale dans le dernier geste pendant cette campagne de juillet. On le désignerait bien officiellement comme le meilleur joueur marseillais des matches amicaux, mais ce ne serait pas forcément de bon augure quand on voit le destin connu par les derniers cadors des préparations estivales : Bouna Sarr, brillant en 2015, et Saïf-Eddine Khaoui, étonnant en 2016.

«C’est bien pour la confiance, on travaille dans la bonne direction, dit-il. Il reste deux matches amicaux (voir par ailleurs) et, après, c’est l’Europe, donc pas d’excuses !» À propos du recrutement de Rami et de Mandanda, l’attaquant ajoute : «En faisant venir des joueurs qui connaissent le Championnat de France et l’OM, on gagne du temps.»

Luiz Gustavo : Discret mais déjà intégré

Sa silhouette, son port altier et sa façon de trottiner rappellent un glorieux ancien, Lucho Gonzalez, champion de France en 2010. Contre Fenerbahçe, il a été le premier titulaire remplacé (64e, par Kamara), mais il venait d’enchaîner trois galops en six jours. Il a d’abord connu du déchet, avec quelques passes bancales, à l’image de cette transversale mal ajustée pour son ailier droit.

Lisez aussi:  Ligue 1 : Nike creuse l'écart avec Adidas

Une fois dans le rythme et bien huilé, il s’avère un piston remarquable, constamment démarqué pour permettre des transitions efficaces entre les centraux et les créateurs (Lopez, Sanson). Ses équipiers louent sa disponibilité sur le terrain. « Ado, c’est le genre de joueurs que je prenais à FIFA avec le Bayern », disait en souriant Maxime Lopez, à Martigues. La promesse de l’OM devra hausser son niveau pour être à la hauteur de son coéquipier brésilien, discret, respecté et vite intégré au fameux gang des Lusophones (Doria, Rolando).

Bouna Sarr  : Un avenir comme latéral ?

Gloire soit rendue à Franck Passi, le premier à avoir utilisé Bouna Sarr en latéral droit, à Rennes, le 21 septembre 2016 (2-3). Cela s’était mal fini ce soir-là, mais face à la pénurie au poste et l’abondance extrême d’ailiers, Garcia a relancé le bolide. «Il faut un temps d’adaptation, mais je m’y plais de plus en plus, explique l’intéressé, après quatre matches dans ce rôle. L’âme du défenseur ? Elle me manque parfois, j’ai cette vocation offensive, je suis porté vers l’avant, il faut que je reste prudent dans mon placement.»

Contre Fenerbahçe, «il nous a beaucoup apporté offensivement, explique Garcia. Défensivement, il a été précieux, a mis de la pression, a gagné des duels et s’est bien positionné. Il faut continuer à le voir à ce poste.» Trop engagé sur certains gestes, souvent pris dans le dos, Sarr a encore du boulot, mais l’expérience est beaucoup plus convaincante que le passage d’Henri Bedimo en défense centrale, par exemple.

Lisez aussi:  Pas mal pour un lundi #103 - La formation lyonnaise rapporte (encore) gros

M. Gr.

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *