Foot Ligue 2 22e j.

Publié le

Au terme du match Tours-Niort (0-0) marqué par des insultes et des échauffourées, Laurent Agouazi, le milieu de Niort, a été violemment pris à partie par Jean-Marc Ettori, son ancien président.

Football - Ligue 2 - Jean-Marc Ettori, le président de Tours, a insulté Laurent Agouazi. (A. Martin/L'Equipe)

Jean-Marc Ettori, le président de Tours, a insulté Laurent Agouazi. (A. Martin/L’Equipe)

L’image du Tours FC ne va une nouvelle fois pas s’arranger par la faute de son président Jean-Marc Ettori, déjà sous le coup d’une suspension de six matches de banc de touche, de vestiaires d’arbitres et de toutes fonctions officielles après son coup de gueule contre les arbitres et les journalistes lors de la défaite des Tourangeaux à Sochaux (2-1, le 18 novembre, voir par ailleurs).

Vendredi soir, quelques minutes après le nul des siens face à Niort (0-0), le dirigeant a tenu des propos d’une rare violence envers Laurent Agouazi (32 ans), passé par Tours la saison dernière (28 matches), pendant que celui-ci rejoignait son car : «Ta mère, c’est une grosse pute. Ta mère devrait crever», a t-il répété plusieurs fois devant de nombreux témoins choqués par la scène.

Lisez aussi:  Stoke : la galère interminable d'Imbula

Le match en lui-même avait déjà proposé son lot d’altercations et de cartons (7 jaunes, dont 2 pour Belkebla, expulsé). Et dès le coup de sifflet final, des échauffourées avaient éclaté sur le terrain entre joueurs, avec pour cible principale Laurent Agouazi, qui aurait été insulté tout au long de la rencontre par le staff du TFC.

«Tu n’as rien dans le froc»

Cela se poursuivit dans le couloir menant aux vestiaires. Sans identifier clairement la voix, on pouvait parfaitement entendre un Niortais s’adresser à un Tourangeau de manière pour le moins vulgaire : «Tu n’as rien dans le froc, viens, je t’attends et je te casse la gueule.»

À la demande du délégué du match, M. Paul Declaude, la sécurité était d’ailleurs renforcée à la sortie des vestiaires pour que les joueurs puissent se croiser sans pour autant repartir au clash. Planté au milieu de l’assistance, bras croisés, petit sourire en coin, Jean-Marc Ettori est resté stoïque dans un premier temps.

Lisez aussi:  Les dossiers d'avant-matchs de la 20e journée

Avant de finalement déraper. Et les témoins de la scène furent pour le moins choqués de cette agression verbale envers le Franco-Algérien. Selon un témoin, Laurent Agouazi aurait auparavant traité Fabien Mercadal de «fils de pute» puis le président tourangeau de «pédé». Mais même s’il a été provoqué, Jean-Marc Ettori risque à nouveau d’être lourdement sanctionné par la commission de discipline de la Ligue.

Avec Julien Leduc et M. Me.

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *