Officiel, mathématique et mérité : Monaco a confirmé son 8e titre de champion de France contre Saint-Étienne (2-0), mercredi en match en retard de la 31e journée, et son prodige Kylian Mbappé a ouvert la voie du sacre. 

Mbappé a tôt ouvert le score (20), matérialisant un titre déjà virtuel. Cette fois, le Paris SG est à six longueurs et ne peut plus revenir : il ne reste qu’une journée de Ligue 1, samedi.

L’ASM n’avait besoin que d’un point, elle en a pris trois, au bout d’un match terne qui ne reflète pas du tout sa fantastique saison, mais les corps étaient fatigués pour ce 62e match depuis le 27 juillet. 

11e victoire d’affilée en L1

Valère Germain a parfaitement ouvert les festivités du sacre en marquant le deuxième but à la dernière seconde du match (90+3). 

Monaco vient de signer sa 11e victoire d’affilée en L1, record du Bordeaux de Laurent Blanc et Yohann Gourcuff (2008-2009) égalé. Il reste désormais un ultime défi à cette équipe: aller chercher le record absolu à Rennes, samedi pour la 38e et dernière journée, avant de rentrer fêter le titre en Principauté avec les Monégasques. 

Ce match en retard de la 31e journée, pour permettre au goinfre du Rocher d’écluser tout son programme – coupes et Ligue des champions – s’est joué dans une ambiance chantante (« Champions! Champions! ») mais sur un rythme lent, différent de l’habituel tourbillon monégasque. 

Mbappé, le but du titre

Kylian Mbappé a profité de la soirée de gala pour étaler encore une fois son incroyable maîtrise des gestes justes, un crochet parfaitement aiguisé pour effacer Stéphane Ruffier, enchaîné d’une frappe pile au bon moment dans un angle fermé pour marquer ce qui restera comme le but du titre (20). 

Le meilleur espoir de la saison, élu lundi par l’UNFP, a été lancé vers le but par son aîné et partenaire de l’attaque, Radamel Falcao. Le gamin génial a signé son 15e but. Mais toujours à fond, Leonardo Jardim n’a pas lâché ses joueurs d’une semelle, reprenant Fabinho pour ses légèretés dans le placement (38). Le Colombien a essayé d’y aller de son but, mais Ruffier s’y est opposé, claquant sa tête piquée (52). Valère Germain, le vice-capitaine, a lui gâché une offrande de Mbappé (74), avant de se racheter sur un contre, servi par Thomas Lemar. 

Lisez aussi:  Ligue 2 : Strasbourg corrige Brest, qui perd sa place de leader

Cette victoire encadre de dorures une saison digne du musée du football français. Avec 104 buts, Monaco monte sur le podium de la générosité offensive depuis les débuts du Championnat de France professionnel, en 1932-1933. Seuls le RC Paris (118 buts) et Reims (109) ont fait mieux, tous les deux en 1959-1960. 

Avec 104 buts, l’ASM double le PSG 

Cette ASM a même doublé l’invincible PSG de l’an dernier (102 buts), prenant décidément un malin plaisir à l’effacer des tablettes. En confrontation directe, Monaco a fait mal deux fois au géant parisien cette année: 3-1 à Louis-II dès la 3e journée, une victoire finalement prémonitoire, et le 1-1 arraché à la dernière seconde au Parc des Princes par Bernardo Silva au retour qui sonnait comme un succès. L’équipe de Leonardo Jardim a certes perdu ses deux duels en coupes contre le PSG, mais elle avait envoyé l’arrière-banc en demi-finale de la Coupe de France (5-0), sacrifiée à son programme gargantuesque, à une semaine de la demi-finale aller de Ligue des champions. Quant à la défaite en finale de la Coupe de la Ligue (4-1 pour Paris), elle constitue le seul vrai flop princier en 62 matchs. 

Les trois défaites en L1 représentent vraiment un total minuscule, et la pire, 4-0 à Nice, très sévère au vu du déroulement de la rencontre, lui a finalement servi d’aiguillon. En C1, la Juventus Turin était vraiment plus forte (2-0/2-1), et les autres échecs ont été surmontés, à Fenerbahçe en préliminaires comme à Manchester City en 8e de finale. Le 3-0 de la dernière journée de poules à Leverkusen était lui aussi un match pour la réserve, la 1re place du groupe étant acquise. 

Au final, en allant si loin dans toutes les compétitions, Monaco s’est aussi enrichi et s’est donné les moyens de ne pas trop chambouler sa merveilleuse équipe. Ce premier titre en appelle d’autres… 

Lisez aussi:  Barrage L1-L2 : porté par Nivet, Troyes remporte l'aller face à Lorient

Paroles

Kylian Mbappé (attaquant de Monaco, auteur d’un but, au micro de Canal+): « On a réussi à tenir jusqu’au bout, contre deux équipes comme Paris et Nice, qui ont eu un nombre incalculable de points et ont suivi la cadence jusqu’à la fin. Mais malheureusement pour eux et heureusement pour nous, c’est nous qui partons avec la coupe ». 

Falcao (attaquant et capitaine de Monaco, au micro de Canal+): « Finalement, on peut dire qu’on est champions. Je suis très fier de cette équipe, de ces joueurs. C’est un rêve pour moi, je suis très content ».

Valère Germain (attaquant de Monaco, auteur d’un but, au micro de Canal+): « Personnellement et collectivement, on a fait une super saison. On l’a amplement mérité je pense. On avait à coeur de faire une belle victoire pour la dernière à domicile. Cette année on a été intraitables. Il faut féliciter tout le groupe et surtout tout le stade qui a été magnifique ce soir ». 

Djibril Sidibé (arrière droit de Monaco, au micro de Canal+): « C’est magnifique. Aujourd’hui c’est le résultat de tout le travail du staff technique et des joueurs. On a fait une saison magnifique, avec beaucoup de jeu, beaucoup de buts, on a pris du plaisir. On sent vraiment une bande de copains qui s’amuse sur le terrain. Aujourd’hui on est récompensé et c’est une grande fierté pour nous ».

La fiche technique

Spectateurs: 14.000
Arbitre: C. Turpin  

BUTS. Monaco: Mbappé (19), Germain (90+3)

Avertissements.  Monaco: Silva (67); Saint-Etienne: Lacroix (78) 

Monaco : Subasic – Sidibé, Glik, Jemerson, Mendy – Silva (Germain 69), Fabinho, Moutinho, Lemar – Mbappé (Raggi 90+1), Falcao (cap) (Carrillo 88). Entraîneur: Leonardo Jardim  

Saint-Etienne : Ruffier – Nordin, Lacroix, Theophile-Catherine, Pogba, Polomat – Saivet, Lemoine (cap) (Rocha Santos 85), Maiga (Clément 21), Veretout – Söderlund (Hamouma 68). Entraîneur: Christophe Galtier

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *