Foot Ligue des Champions

Publié le

Adversaires en demi-finales de la Ligue des champions, Monaco et la Juventus se sont déjà affrontés à deux reprises en confrontation directe dans l’épreuve. Retour sur ces précédents.

Football - Ligue des Champions - Zinédine Zidane et la Juventus ont pris le dessus sur le Monaco de Thierry Henry. (FEVRE/L'Equipe)

Zinédine Zidane et la Juventus ont pris le dessus sur le Monaco de Thierry Henry. (FEVRE/L’Equipe)

C1, demi-finales en 1997-1998, Juventus – Monaco : 4-1, 2-3

Après avoir sorti le grand jeu à Old Trafford contre Manchester United en quarts (0-0, 1-1), Monaco hérite d’une équipe au firmament. Vainqueur en 1996 de la Ligue des champions et finaliste en 1997, la Juventus est un alliage de talent, de technique, d’expérience et de vice. Au match aller, l’ASM, privée de Leonard et Collins, suspendus, mais surtout de son leader défensif, Franck Dumas, va l’apprendre à ses dépens. Jean Tigana bricole, donnant ainsi sa première titularisation en Coupe d’Europe au jeune Philippe Christanval (19 ans).

Didier Deschamps, devant Djibril Diawara. (LUTTIAU/L'Equipe) Didier Deschamps, devant Djibril Diawara. (LUTTIAU/L’Equipe)

Le tout tient jusqu’à la 44e minute. Si Del Piero a ouvert le score sur un sublime coup franc (33e), Da Costa, entré en jeu à la place de Pignol (40e), a égalisé quelques minutes plus tard (1-1, 45e). Mais le club de la Principauté paie sa naïveté. Dans la foulée, Zidane est séché par Barthez et Del Piero transforme le penalty (2-1, 45e). En seconde période, l’attaquant italien signe un triplé (sur un deuxième penalty) et le milieu français parachève le succès des Transalpins. Pas verni par l’arbitrage («Jean Tigana devrait montrer à ses joueurs comment tomber dans la surface», déclare ainsi Guy Roux), l’ASM se retrouve dos au mur.

Lisez aussi:  Laval: Simone n'est plus l'entraîneur

Alessandro Del Piero aura inscrit quatre buts contre l'ASM. (FEVRE/L'Equipe) Alessandro Del Piero aura inscrit quatre buts contre l’ASM. (FEVRE/L’Equipe)

Au retour, Nicola Amoruso trompe rapidement Barthez (0-1, 15e). Mais Monaco, ce jour-là, est grand et parvient à faire douter la Juve malgré son lourd handicap. Leonard remet les deux équipes à égalité et Henry, après des mois de doute, donne l’avantage au club princier au retour des vestiaires. La Vieille Dame tremble et est sauvée par Peruzzi, qui multiplie les arrêts extraordinaires. Le coup de grâce est donné par Del Piero, auteur d’une belle volée sur un centre de Torricelli (1-1, 74e). Remplaçant au coup d’envoi, Robert Spehar offre finalement une victoire de prestige aux Monégasques (3-2).

C1, quarts de finale en 2014-2015, Juventus – Monaco : 1-0, 0-0

Vainqueur surprise d’Arsenal (3-1, 0-2) alors qu’il évoluait deux ans plus tôt en L2, Monaco affronte une Juve qui cherche à retrouver son lustre d’antan sur la scène continentale. « Victime » de sa relégation dans l’affaire du Calciopoli, la Juve n’a plus disputé les demi-finales de la Ligue des champions depuis  sa finale perdue contre l’AC Milan en 2002-2003 (0-0, 2-3 aux t.a.b.), soit… 12 ans !

Arturo Vidal inscrivant le seul but de la double confrontation. (S.Mantey/L'Equipe) Arturo Vidal inscrivant le seul but de la double confrontation. (S.Mantey/L’Equipe)

Lisez aussi:  L1-L2 – Commission de discipline : Les supporters du PSG interdits de déplacement à Angers et à Metz - Football 365

Lors de la première manche disputée au Juventus Stadium, les contres de Dirar, Carrasco et Martial font mal à l’arrière-garde turinoise, le pressing de Moutinho permet d’étouffer Pirlo. Mais le match bascule sur une décision litigieuse de M. Kralovec. L’arbitre  tchèque désigne le point de penalty pour une faute de Carvalho sur Morata commise… en dehors de la surface. Vidal transforme la sentence et le score ne bouge plus.

Les efforts de Kurzawa, Carrasco et Kondogbia seront restés vain. (A.Mounic/L'Equipe) Les efforts de Kurzawa, Carrasco et Kondogbia seront restés vain. (A.Mounic/L’Equipe)

À Louis-II, Monaco doit donc s’imposer pour refaire son handicap, et Leonardo Jardim décide d’aligner Bernardo Silva, qui connaît sa première titularisation dans l’épreuve. Dès la première minute, Chiellini chute seul et détourne volontairement le ballon de la main. Le carton est jaune orangé. La pression mise par le vice-champion de France est intense et à la demi-heure de jeu, il pense bénéficier d’un penalty, Kondogbia ayant été pris en sandwich par Vidal et… Chiellini. Mais M. Collum décide du contraire. Monaco bute sur un mur et n’inscrira jamais ce but vital. La Juve, qui touche même la barre sur un coup franc de Pirlo dans le temps additionnel, parviendra jusqu’à la finale (1-3 contre le Barça).

Sébastien Buron

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *