Dans le monde professionnel du football, les relations entre la structure professionnelle et l’association d’un même club ne sont pas toujours au beau fixe. C’est par exemple le cas du Nîmes Olympique qui vient tout de même de voir son centre de formation passer en catégorie 1. Des divisions existent sur le financement du président Rani Assaf et de son influence au sein des équipes de l’association. Des différends qui bloquent la signature d’une nouvelle convention entre les deux parties.

Pourtant le centre de formation et son directeur, Christian Matiello parviennent à s’en sortir. Ce dernier explique le fonctionnement et les clés du succès : « On n’a pas de pognon, mais on fait sans et autrement. Oui, on perd le meilleur du département. On doit être le plus petit centre de formation catégorie 1 de France avec 24 couchages mais c’est pas grave, de cet inconvénient on en fait une force : nos joueurs, ils jouent », affirme Christian Matiello. « Je ne vais pas les faire coucher sous les toits ! Donc, au départ, nos jeunes sont moins bons, mais ils jouent, ils jouent tellement et parfois dans la difficulté se révèlent. On a fait jouer nos 17 ans en 19, nos 19 ans en CFA. Regardez Sofiane Alakouch ! Toute sa formation chez nous, et il vient d’être titularisé en équipe de France U19. »

Source : La Gazette de Nîmes

A lire aussi >>>

Renaud Ripart : « Nous avons toutes les raisons d’y croire »

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *