Brest a signé une bien mauvaise opération samedi en s’inclinant à domicile face à Amiens (2-3), ce qui permet à Strasbourg, vainqueur de Laval (2-1) vendredi soir, de prendre la tête de la Ligue 2 lors de cette 34e journée.

Deux belles équipes de Ligue 2, la fausse note revenant à l’arbitrage de M. Batta… L’homme en noir, en vert ce samedi, a pris – tant mieux – la bonne décision sur le plus décisif de ses coups de sifflet contestés en laissant le jeu se poursuivre après le tacle sur Maupay de Gurtner devant sa surface qui s’est terminé 80 mètres plus loin par un but contre son camp de Zakaria Diallo au bout du contre picard (0-1, 20′). Un bon choix largement écorné par d’autres, mineurs mais contestables, et par sa série de jaunes, qu’il aurait légitimement raccourcir avec un zeste de diplomatie…

Ses décisions n’ont pas inversé le sens du match, elles l’ont simplement rendu inutilement électrique. Car Amiens, mis sur orbite par une frappe des trente mètres de son capitaine Monconduit (2-3, 85′) alors que Dibassy avait égalisé (2-2, 65′), n’a pas volé sa victoire. 

Il faudra cravacher

Au même titre que le Stade Brestois a tout fait pour aller la chercher. Les partenaires de Coeff ont certes profité d’une frappe de leur latéral droit du jour contrée par Monconduit (1-1, 22′) et d’une déviation d’Adenon sur un long coup franc de Grougi (1-2, 49′) pour faire plier l’excellent Gurtner, mais ils ont eu en parallèle les meilleures occasions. On en retiendra deux fortes de conséquence : la tête smatchée de Habib Diallo trop sur Gurtner qui manque le 3-1 (57′) et l’ultime tête de Zakaria Diallo au ras de l’équerre qui n’offre pas l’égalisation au bout du temps additionnel (90’+3)…

Lisez aussi:  Ligue 2: Reims revient à hauteur du Havre

Brest n’est pas à blâmer, c’est moins sa défaite que la victoire d’Amiens qui a l’audace, « l’impertinence » pour paraphraser son entraîneur Christophe Pélissier, de croire en son rêve de Ligue 1. Mais le droit de rêver picard a un prix : le retour sur terre des Brestois, leaders déchus au goal-average par Strasbourg, qui devra bien cravacher jusqu’au bout pour s’offrir la Ligue 1 qu’il ont fini, eux aussi, par mériter. Il reste quatre matchs, dont les deux prochains contre deux autres équipes (Troyes et Nîmes) qui aimeraient rêver jusqu’au bout…

La fiche technique

Spectateurs : 9.549.

Arbitre : M. Batta.
BUTS. Brest : Coeff (22′), Adenon (49′ csc); Amiens : Z. Diallo (20′ csc), Dibassy (65′), Monconduit (85′).
Avertissements. Brest : Faussurier (37′), Grougi (55′), Coeff (64′); Amiens : Monconduit (35′), Soumah (68′), Tallo (83′).
 

BREST : Hartock – Coeff, Z. Diallo, Castan, Nganioni – Faussurier (Henry, 84′), Grougi (cap), Gastien, Joseph-Monrose (Labidi, 78′) – H. Diallo (I. Sissoko, 66′), Maupay.
Non entrés en jeu : Léon (g), Bernard. Entraîneur : J.-M. Furlan.
AMIENS : Gurtner – Calvé, Adenon, Dibassy, Ieslsch – Monconduit (cap), G. Fofana – Bourgaud (Ndombele, 59′), Charrier (Tallo, 74′), Manzala (Soumah, 59′) – Kamara.
Non entrés en jeu : Adiceam (g), Gope-Fenepej. Entraîneur : C. Pelissier.

Jean-Marc Furlan : « Ce résultat laisse beaucoup d’amertume. C’est difficile de juger les joueurs qui se sont créé de nombreuses occasions. Je suis fier de leur prestation même si on a manqué d’efficacité devant. Le directeur du jeu a un peu faussé le spectacle, il est trop acteur… C’est une prime au non-spectacle. Quand on voulait accélérer le jeu, ses coups de sifflet rendaient cela parfois impossible. En toute honnêteté, cela débouche sur un scanério tout à fait à l’inverse de celui qu’on espérait. »

Christophe Pélissier : « On a surtout eu un super gardien, c’est lui qui nous a maintenus en vie. Nous avons été fébriles en première mi-temps, où on mangé l’impact (sic). Notre troisième but est sensationnel. On n’est pas dupe, on sait qu’on réalise un petit hold-up. A la différence de nos trois, quatre derniers matchs qu’on a dominés mais en étant inefficaces. Nous avons été d’une efficacité redoutable. La qualité de Brest a fait que nous avons subi, mais nous n’avons pas rompu. On est allé chercher une victoire inespérée, elle est hyper-importante pour la fin de saison et continuer à rêver. »

Les joueurs. Diallo, d’une finition à l’autre…

Zakaria Diallo, à nouveau impressionnant de facilité dans les duels, a inscrit bien involontairement le premier but amiénois. Une passe de Kamara vers Manzala qui a trouvé ses pieds sur la trajectoire à dix mètres de la cage de Hartock. Ce but que le défenseur central aurait voulu éviter, son homonyme attaquant court après depuis un mois (17 mars face à Laval). Habib tente, décroche, combine intelligemment avec Maupay, mais pèche à répétition dans la finition ces dernières semaines. M. M.
 

Lisez aussi:  Vadim Vasilyev (Monaco) : «Un parcours exceptionnel»

Les notes
Hartock 8 sur 20
Coeff 12
Z. Diallo 13
Castan 9
Nganioni 13
Faussurier 12
Remplacé par Henry (84′)
Grougi 14
Gastien 13
Joseph-Monrose 14
Remplacé par Labidi (78′)
H. Diallo 10
Remplacé par I. Sissoko (66′)
Maupay 13

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *