Créé en 1901, Amiens n’a jamais connu l’élite du football français. Une victoire ce vendredi soir à Reims (20h30, 38eme journée de Ligue 1) permettrait aux Picards de réaliser leur rêve. Un événement qui sera retransmis sur écran géant au stade de la Licorne.

L’histoire d’Amiens tient à un fil. Depuis bien longtemps. Il y a un an, à la même époque, le club picard avait validé sa montée en Ligue 2 in extremis, grâce à une victoire à l’arraché contre Belfort lors de la dernière journée de National. Ce vendredi, les voilà en bonne position pour accéder à la Ligue 1 pour la toute première fois de leur histoire. Et d’ailleurs, presque rien n’a changé dans l’équipe picarde. Des joueurs présents pour le match de la montée en L2, 90% sont encore sur le terrain au moment d’écrire le plus chapitre de l’ASC. Des inconnus du grand public pour la plupart, qui forment un collectif redoutable au sein duquel les joueurs ayant déjà connu la Ligue 1 se comptent sur les doigts d’une main (Adenon, Soumah, Calvé, Gope-Fenepej).

Joueurs en perte de vitesse, entraîneur revanchard

Lisez aussi:  Football (Ligue 2) - Opération rachat pour le GFC Ajaccio face à Clermont - Alta Frequenza

Le pari, relancer des joueurs en perte de vitesse, a fonctionné à merveille. Jusqu’à l’entraîneur, Christophe Pélissier, débauché à Luzenac après l’épisode de la fausse montée en Ligue 2. A la manœuvre, l’ancien agent de joueurs John Williams. Cette construction inattendue pourrait donc s’achever ce vendredi soir à Reims. Deuxièmes, les Amiénois n’ont qu’à gagner pour s’assurer une place dans l’élite la saison prochaine, même s’il faudra dans le même temps essayer de préserver les deux buts d’avance au goal-average par rapport à Troyes, troisième avec le même nombre de points. « Il ne faut surtout pas se tromper d’objectif, prévient l’entraîneur picard. Les gens à l’extérieur du stade parlent d’objectif lointain avec la L1. Nous le seul que nous avons est de préparer le match de ce vendredi pour le gagner. Après nous verrons les conséquences du résultat. Les joueurs ne sont pas dupes. Ils savent bien qu’il y a un enjeu. »

Quatrième en 2006-07

« Vous savez, nous avons déjà vécu ce genre d’évènement la saison passée Nous savons comment gérer la situation même si le niveau est différent, confirme le capitaine Thomas Monconduit. Il ne faut surtout pas penser à l’enjeu mais au jeu. Je suis de nature assez calme. J’attends le match avec sérénité. Je pense que le stress sera présent quelques heures avant le match mais il sera vite évacué. » Les locataires de la Licorne ne sont toutefois pas dupes et ont pleinement conscience du caractère exceptionnel de leur saison. « Ce qui nous arrive, ce qui m’arrive, c’est fantastique, poursuit Monconduit. Je remercie tout le monde, le club, le président, le docteur, John. Ils ont toujours été présents et je n’oublierai jamais que le club était près de moi quand j’ai perdu mon père. J’ai trouvé que l’ASC était le club parfait pour me relancer. » Il y a dix ans tout pile, le club picard avait échoué au pied du podium, avec les Martins-Pereira, Giresse et autres Dia. Cette fois, la bande à Pélissier a la possibilité d’écrire l’histoire.

Lisez aussi:  Bronn : " On est passé à côté "

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *