Il est surnommé Président. Joseph Lopy a débarqué à Clermont, l’été dernier, avec une particularité bien à lui : il est un adepte de la philosophie. Cela peut surprendre dans le milieu du football. Mais ce monde, et encore plus la Ligue 2, cache des personnalités singulières et pour le moins intéressantes. Joseph Lopy se livre à nos confrères de Sports-Auvergne, dans un portrait fort instructif (à lire ici). A bientôt 25 ans, celui qui prépare un Diplôme universitaire de gestion des organisations sportives évoque le début de sa passion pour la philo :

« Ça m’a attiré. J’ai demandé au professeur si je pouvais m’asseoir au fond pour écouter. Il m’a dit oui, et j’y suis retourné. À force d’écouter, j’ai accroché. Une passion est née. J’ai eu des périodes difficiles, notamment quand je suis resté sept mois sans jouer. La philosophie permet de prendre du recul, de s’élever, de relativiser. C’est un questionnement continu. On me dit parfois que je suis bizarre. Je suis loin d’être le seul dans le milieu du foot. Il y a juste cette étiquette qu’on nous colle. C’est vrai qu’il y a des joueurs qui ont du mal à s’exprimer, mais c’est valable dans tous les métiers. Certains sont plus à l’aise, d’autres n’aiment pas parler. »

Corinne Diacre : « J’ai l’impression qu’on n’a pas envie »

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *