Non, Jean-Marc Furlan ne parle toujours pas Ligue 1. Mais, pour la première fois, il avoue une déception si, en fin de saison, sa formation ne termine pas sur le podium. Ce samedi après-midi, le Stade Brestois a pris le meilleur sur Sochaux (2-0, 23e journée de Ligue 2). Un succès qui vient valider une avance confortable en tête de la Ligue 2 (6 points). Et qui permet aux Finistériens de voir venir. Et à son coach de se montrer encore plus ambitieux.

« Une belle prestation. C’était très intéressant. Nous avions à coeur de nous améliorer par rapport à nos temps forts et temps faibles. C’était la première fois que nous menions au score dans les 20 dernières minutes. Depuis le début de saison, nous effectuions de bonnes entames sans claquer de but. On avait à coeur de mener en début de match et ainsi savoir si nous pouvions gérer. Là, c’est un match très intéressant car Sochaux affiche une densité physique, un rythme et un impact du plus haut niveau. On l’avait connu avec Strasbourg et Lens, avec beaucoup de difficultés pour nous. Nous nous sommes améliorés dans ce domaine.

Que ce soit très clair, l’objectif était de prendre les points pour être tranquille. Puis, plus rapidement vous prenez les points, et plus vous pouvez avoir une perspective intéressante ouverte devant vous. Maintenant que l’objectif maintien est atteint, on va se confronter avec l’ambition et l’envie de rester devant, dans son trio de tête. Je ne sais pas si nous en sommes capables, encore une fois. Il n’y a jamais de certitude dans le football. Quand on vit durablement avec une équipe, on peut avoir une tendance. Là, je ne suis pas à Brest depuis assez longtemps. C’est rare dans le football de voir une mayonnaise prendre aussi bien. Cela serait une déception de ne pas rester devant.« 

Brest-Sochaux (2-0) : les notes de la rencontre

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *