PASCAL LACHAUX

Pour les handballeuses du HAC, les vacances se résument désormais à l’album photo. Si ça existe encore. Depuis hier après-midi, dans la moiteur étouffante du complexe sportif de la gare, elles ont repris leur métier. Deux ans après l’avoir quittée, elles ont rejoint l’élite au mois juin, et désormais il s’agit pour Roch Bedos et les siennes de préparer au mieux ce grand retour. C’est peut-être pourquoi elles ont retrouvé les parquets dès hier, alors que la reprise du championnat est programmée au 30 août.

« Cela peut paraître tôt, admet Roch Bedos, l’entraîneur des Ciel et Marine, mais le groupe a tout de même beaucoup changé avec six arrivées.
Je pense qu’un délai de six semaines, pour que tout soit en ordre, me semble raisonnable. »
Et personne ne manquait à l’appel lorsque les joueuses ont répondu au rendez-vous fixé par le coach, y compris Jocelyne Mavoungou qui arborait encore un plâtre un peu défraîchi, ce qui est bon signe. « Oui, normalement on devrait me le retirer jeudi, indique l’ailière droite du HAC, mais j’arrive bien à remuer mes doigts, je pense que ça va aller vite maintenant. »

On n’avait tout de même pas trop de mal à s’y retrouver, et les six nouvelles joueuses, Esther Schop (Nantes), Maryam Garba (Issy), Doungou Camara (Issy), Tatiana Elisme (Saint-Maur), Kristina Wildborck – Hansen (Silkberg) et Monika Rajnohova (Skara) étaient facilement reconnaissables. Parmi les bénévoles présents, plusieurs avaient déjà mémorisé leurs visages et leurs noms. Pour l’intégration, ce n’est jamais mauvais.

Lisez aussi:  Ce que les candidats à la montée pourraient apporter à la Ligue 1

« J’ai jeté
mes cahiers de l’an dernier »

Et pour leur première séance, pas question d’un petit footing en forêt de Montgeon. Les Ciel et Marine ont été gâtées, si l’on peut dire, avec des exercices placés sous le signe de la vitesse et de l’explosivité. « Ce n’est pas si dur que ça aujourd’hui, c’est plutôt la présentation de ce que nous allons faire au cours des six prochaines semaines, précise Roch Bedos. C’est une simple remise en route, et lors de la deuxième semaine, on enchaînera avec les coordinations. »

Pas de ballon donc au programme, mais ça va arriver très vite. « Dès jeudi et vendredi il y aura des séquences de handball, avec des prises de repères, et un partage entre physique et technique. La mise en place tactique se fera un peu plus tard. »

Mais pour l’entraîneur aussi qui n’a tâté de la Ligue féminine qu’une saison, avec Cergy, il y a six ans, il y a du changement. « J’attendais ça avec beaucoup d’impatience en sachant que moi aussi je dois évoluer. J’ai changé ma méthode de préparation, et j’ai jeté mes cahiers de l’an dernier. On ne peut pas vivre avec le passé. Une remise en cause est
indispensable, et c’est ce qui est intéressant. »

Dans deux semaines, le 31 juillet, le groupe partira à Granville jusqu’au 4 août pour un stage qui sera destiné à souder l’ensemble. Ensuite, du 10 au 13, le HAC partira aux Pays-Bas pour y jouer deux matches contre l’équipe de Dalfsen, avant de disputer un tournoi à Joué-lès-Tours avec des rencontres face à Chambray, Bourg-de-Péage et Dijon, et conclure par une ultime confrontation, le 24 août à Bondoufle, dans l’Essonne, contre Issy. Après ça, tout le monde espère que ce HAC des temps nouveaux sera prêt pour aller affronter le mercredi 30 août Fleury à l’occasion de l’ouverture du championnat.

Lisez aussi:  Lancement Championnat béninois : Ahmad Ahmad à Cotonou pour l'ouverture ?

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *