Le joueur de Strasbourg Khalid Boutaib célèbre son but face à Bourg-en-Bresse lors de la dernière journée de Ligue 2, au stade de la Meinau le 19 mai.

Strasbourg montera en Ligue 1 la saison prochaine. Le Racing a été sacré champion de Ligue 2 vendredi 19 mai à l’issue de la 38e et dernière journée, grâce à sa victoire à domicile face à Bourg-en-Bresse (2-1). Les Alsaciens rejoignent ainsi le championnat de France de football en compagnie de leur dauphin, Amiens, alors que six équipes étaient en course pour les deux précieux billets dans l’élite.

Lors d’une ultime journée pleine de suspense, Troyes a finalement obtenu la 3e place synonyme de barrage d’accession dans l’élite, juste devant Lens et Brest. Les Troyens disputeront ainsi les matches de barrage face au 17e de Ligue 1. A contrario, Orléans, 18e, devra remporter son barrage face au Paris FC pour se maintenir en L2.

Un an après avoir remporté le Championnat de National, synonyme d’accession en L2, le Racing club de Strasbourg s’offre un retour en grâce en retrouvant la meilleure division de France, qu’il n’avait plus fréquentée depuis la saison 2007-2008. En 2011, le club avait failli disparaître après une liquidation judiciaire qui le poussa en CFA2 (5e division).

Lire aussi :   Pour les supporteurs strasbourgeois, la traversée du désert a été un retour aux sources du football

Dans un stade de la Meinau en ébullition, les hommes de Thierry Laurey, leaders depuis la 34e journée, ont plié l’affaire en 20 minutes face à Bourg-en-Bresse (2-1) grâce à une tête victorieuse de Kader Mangane à la réception d’un corner (15e), puis d’un but contre son camp de Hoggas (19e). Largement suffisant pour offrir une fête grandiose aux Alsaciens.

Lisez aussi:  Football / Ligue 2 : Nîmes Olympique en crise, le club menacé de rétrogradation

Première Ligue 1 pour Amiens

L’autre belle histoire de la soirée est la montée historique d’Amiens en L1. Promu cette saison tout comme Strasbourg, le club picard, 2e avant la journée, avait l’occasion de monter dans l’élite pour la première fois après plus de cent ans d’existence. C’est chose faite au terme d’un scénario exceptionnel face à Reims (2-1). Après avoir ouvert le score via Kamara mais se montrant incapable de faire le break dans l’une de ses nombreuses occasions franches, Amiens a vu Reims égaliser contre le cours du jeu en seconde période sur un but chanceux de Diego (1-1).

Alors qu’une nouvelle désillusion était en train de s’opérer pour l’entraîneur amiénois Christophe Pélissier, qui avait vu la montée de son ancien club Luzenac du National en L2 en 2013/14 refusée par la Ligue pour des raisons extrasportives, Bourgaud est parvenu à marquer le but de la montée à la 95e minute. Ce qui a provoqué un envahissement du terrain par les supporters amiénois ivres de joie.

L’autre grand gagnant de la journée est Troyes, 3e, revenu de nulle part face à Sochaux (3-2). Menés 2-0 à la mi-temps, les Troyens ont renversé la vapeur en seconde période grâce à des buts de Darbion (60e), Nivet (77e) et Grandsir (88e). L’identité de son adversaire pour le barrage en L1 sera connue samedi à l’issue de la 38e journée.

Lisez aussi:  Le chemin de Croix - Les Cahiers du football

Lens et Brest, les perdants de la soirée

Deux retournements de situation qui font le malheur de Lens et Brest, les grands perdants de la soirée. Quatrièmes avant la rencontre face à Niort, les Sang et Or n’avaient pas le destin entre leurs mains. La victoire limpide face à Niort (3-1) n’a rien changé, de quoi refroidir les 38 000 spectateurs de Bollaert, et les dirigeants du club, qui ont longtemps cru au podium durant la soirée.

Tout comme Brest, facile vainqueur du Gazélec Ajaccio (6-2). Après avoir passé 32 journées sur le podium, dont 22 sur la première place, la formation de Jean-Marc Furlan, pourtant experte des remontées express, devra retenter le coup l’année prochaine.

Lire aussi :   Le Red Star, un club à la belle étoile

Enfin dans le duel entre Orléans et le Red Star pour s’octroyer un dernier espoir de se maintenir en L2, le club francilien – défait par Auxerre (1-0) – n’est pas parvenu à renverser la vapeur alors que son concurrent s’est effondré face au Havre (4-1).

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *