LUC GALLAIS

Ce n’est pas une première pour la section futsal du Havre Caucriauville Sport. Déjà, en 2015, à l’issue de sa toute première saison, la bande d’Olivier Davidas, l’ex-joueur professionnel du HAC et de Nîmes, avait survolé le championnat de DH Normandie (14 victoires, 1 nul, 1 défaite) pour participer à ses premiers barrages d’accession à la Division 2. Les joueurs, entraînés à l’époque par Yann Hugues et Mamadou Diop, avaient pu se rendre compte de l’écart de niveau dans un groupe relevé avec Reims, Tourcoing et Roubaix, déjà pensionnaire de D2 : trois défaites sèches en trois matches (0-3, 2-4, 1-5), face à des formations bien mieux formées au futsal, à ses règles et phases de jeu spécifiques, à ses coups de pied arrêtés et autres touches. « On découvrait tous le futsal, qui n’a rien à voir avec le foot de quartier. C’était compliqué, se souvient Davidas, capitaine du HCS. Physiquement et techniquement, on était au point, mais tactiquement on était perdu. Cela allait tellement vite. En plus, on a eu deux blessés dès le premier match… »

Cela restait tout de même une
performance pour des novices, des joueurs également licenciés dans
des équipes de football à onze.
Cette saison, les Boubacar Dembélé (Fauville, DH), Sébastien Bobinet (gardien, vieux routier du football régional), Mouhadi Thioubou (Lillebonne, DHR), Yero Sarr (ex-Frileuse) ou encore Jordan Mercier (Caucriauville, DHR), des noms bien connus si vous suivez l’actualité du ballon rond, ont terminé à la deuxième place du championnat (10 victoires, 1 nul, 2 défaites), à quatre points derrière le Futsal Jeunesse Havraise. Mais pour la première fois, des play-offs régionaux avaient lieu et le HCS, entraîné depuis peu par Hamady et Samba Niasse (NDLR : Samir Hamzaoui était à la tête du HCS cette saison) d’abord vainqueur de la Ruche Déville Futsal en demi-finale (5-4), a dominé le 23 avril dernier, à Bolbec, le FJH en finale (10-6).

Lisez aussi:  Lyon finit par s'imposer face à Nantes (3-2)

« Du 60-40 »

« C’est une bonne saison même si cela a été un peu compliqué du fait qu’on a des joueurs en double licence et parfois absents. On n’a jamais eu la même équipe mais on arrive à obtenir le titre champion de Normandie, indique Olivier Davidas, capitaine du HCS. En finale, on avait tout le monde à disposition, cela a été plus facile. On a fait la différence en première période. »

« On avait réalisé une première période catastrophique. Mais il faut reconnaître qu’à Caucriauville, il y a vraiment de bons joueurs, certains ont évolué à un très haut niveau, juge Naïm Hamzaoui, dirigeant et joueur du Futsal Jeunesse Havraise. Les mecs se connaissent depuis des années, ça joue bien au ballon. Leur force, c’est le collectif, il n’y a pas une individualité qui va faire la différence. »

Toujours en apprentissage, Caucriauville veut passer un cap à l’occasion de ce premier match de la phase interrégionale d’accession à la D2.

Lisez aussi:  Football (Ligue 2) : DNCG, le feu vert pour Sochaux

« Cela nous tenait à cœur d’y retourner, explique Boubacar Dembélé, l’un des anciens du groupe caucriauvillais. Nous avons su être présents le jour J, en mettant de l’intensité tout au long de la finale. On progresse au fur et à
mesure même si c’est souvent ric-rac et
que nous sommes un peu livrés à
nous-mêmes.
 »

« On connaît un peu plus les bases du futsal. On s’est amélioré, et avec des jeunes comme Jordan Mercier, au-dessus de la moyenne techniquement, on peut y croire, avance Davidas, qui évolue toujours à Caucriauville avec l’équipe réserve. Avion (invaincue cette saison en DH Nord-Pas-de-Calais) est une équipe qui a plus de vécu, c’est du 60-40 pour cette équipe. On est un club de quartier, cela manque parfois de sérieux et c’est ce qui peut jouer en notre défaveur. »

Avion Futsal – Caucriauville Futsal,
cet après-midi, à 16
 h, à Avion.

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *