BENOÎT DONCKELE

Entre colère et lassitude. Le plus inquiétant sans doute est que la lassitude se révèle comme l’impression la plus forte. La plus proche également de l’indifférence, ce sentiment placé aux antipodes de cette passion dont sont normalement drapés les fans. Et au Stade Océane, les fidèles du Kop n’ont même plus le cœur à la colère. Ils se lassent, tout simplement. Le symbole d’un public qui a, lui aussi, décroché. Déserté.

Vendredi, l’ambiance fut en effet parfois proche d’un huis clos, de ces stades où les vibrations font partie du passé, de ces antres où les visiteurs viennent piocher ce qu’ils souhaitent. À domicile, le HAC fait ainsi partie des cinq cancres de la compétition. Mais ce n’est pas tout. Offensivement parlant, le HAC fait également partie des cinq cancres de Ligue 2. Et enfin, sur la dynamique du moment, à savoir sur une période englobant les sept dernières journées, le HAC est tout simplement le cancre de la Ligue 2.

Et pourtant, financièrement parlant, le doyen des clubs français est entré cet été dans le cercle des puissants du championnat. Avec 13 M€ de budget, et près de 11 M€ de ventes, Le Havre AC ne connaît pas, ne connaît plus la crise. Le Havre AC avait été logiquement étiqueté comme LE grand favori pour une accession qui se jouera très certainement sans lui. Car le jeu est pitoyable, les résultats sont pitoyables, le classement est pitoyable. Depuis hier après-midi, et le revers de Lens face à Nîmes (1-3), ce n’est plus à la treizième, mais à la quatorzième place qu’il est possible de localiser les Havrais. Quatorzième…

Un impact
bien mal évalué

Comme si l’honneur, à l’échelle d’un prétendant, n’était même plus en jeu. Comme si, au sein de l’effectif, la majorité des éléments avaient déjà la tête à la saison prochaine, à ce club nouveau qui serait susceptible de les accueillir. Pourtant, dans les heures et les jours qui ont précédé le coup d’envoi de cet énième flop, les esprits étaient à la conquête, à la révolte, au désir de s’extirper de cette spirale devenue infernale. Mais une fois sur le pré, plus rien, à l’exception d’un premier quart d’heure, joué avec maîtrise, sans pour autant être suffisamment dangereux. Quinze premières minutes qui auraient dû permettre aux hommes de Tanchot de gagner en confiance. Mais à la première étincelle aux abords du but de Farnolle, ce fut le feu dans la surface havraise. Sans que personne ne puisse s’expliquer cette inquiétante fébrilité.

Lisez aussi:  Lens rate le coche - Fil Info - Ligue 2 - Football

Vendredi soir, après ce nouveau drame, Issam Chebake, le seul des Ciel et Marine à avoir accepté de s’exprimer, laissait transpirer une tristesse sincère, quand son entraîneur, Oswald Tanchot, confirmait que son équipe était bel et bien malade. Tanchot justement, devenu aujourd’hui le responsable, le coupable, la cible de nombreuses critiques. Du grand classique et une grande erreur de jugement. Car il ne fallait pas rêver. L’ex-adjoint de Bradley a tout simplement hérité d’un groupe bien moins fort, bien moins puissant que celui de la saison dernière. Certes, sur la fin de l’ère Bradley et au début de celle baptisée « Tanchot », le HAC jouait des coudes avec les ténors. Mais soyons objectifs : sans un grand, voire un très grand Farnolle lors de la phase aller, sans doute Bonnet et les siens, rarement convaincants cette saison, navigueraient-ils depuis bien longtemps sous la barre des dix premiers.

Le poids de la situation ne peut donc être supporté par le seul entraîneur. Cet été, Lys Mousset, et ses quatorze buts, a quitté Le Havre, tout comme Joseph Mendes, et ses neuf réalisations. Et très certainement en haut lieu, l’impact du départ de ses deux hommes n’a pas été évalué comme il se devait. D’autant que personne ne pourra contester le fait que sans l’exceptionnelle phase retour du seul Mousset, jamais le HAC n’aurait pu vivre une telle fin d’exercice 2015-2016. Il n’a pas été remplacé et c’est un château de cartes qui s’écroule. Tout simplement.

Vendredi :

LE HAVRE – GAZ. AJACCIO : 1-2 (0-1)

Arbitre : M. Brisard. Spectateurs : 6 220.

Buts pour Le Havre : Duhamel (83e) ; pour Ajaccio : Diedhiou (27e), Mchangama (78e).

Lisez aussi:  Auxerre : dans le flou et remonté, Papin répond à Guy Roux !

Avertissements au Havre : Bonnet (43e), Cambon (58e) ; à Ajaccio : Youga (58e).

Expulsion à Ajaccio : Cissé (59e).

AC Ajaccio – Orléans : 1-0 (0-0)

Arbitre : M. Delpech. Spectateurs : 2 476.

But pour Ajaccio : Nouri (74e).

Avertissements à Ajaccio : Vincent (35e) ;
à Orléans : Pinaud (30e), Bouby (50e).

Auxerre – Bourg-en-Bresse :
0-2 (0-2)

Arbitre : M. Leonard. Spectateurs : 3 638.

Buts pour Bourg-en-Bresse : Berthomier (26e, s.p.), Hoggas (35e).

Avertissements à Auxerre : Obraniak (38e), Boucher (39e) ; à Bourg-en-Bresse :
Bègue (38e), Ponroy (39e).

Laval – Troyes : 1-0 (0-0)

Arbitre : M. Petit. Spectateurs : 3 826.

But pour Laval : Coutadeur (69e).

Avertissements à Laval : Nsikulu (80e) ;
à Troyes : Nivet (72e), Goteni (84e).

Niort – Amiens : 2-1 (2-0)

Arbitre : M. Rouinsard. Spectateurs : 2 978.

Buts pour Niort : Roye (12e, s.p.),
Dona Ndoh (40e) ; pour Amiens :
Kamara (66e, s.p.).

Avertissements à Niort : Bronn (66e), Bassock (90e+2) ; à Amiens : Soumah (39e).

Expulsion à Amiens : Fofana (8e).

Reims – Valenciennes : 0-0

Arbitre : M. Lavis. Spectateurs : 8 463.

Avertissements à Reims : Rodriguez (52e) ;
à Valenciennes : Butin (41e),
Enza Yamissi (89e).

Sochaux – Clermont : 3-3 (2-0)

Arbitre : M. Stinat. Spectateurs : 6 527.

Buts pour Sochaux : Sao (16e), Andriatsima (21e), Fuchs (90e+1) ; à Clermont : Genest (63e), Caddy (72e), Jobello (86e).

Avertissements à Sochaux :
Bérenguer (20e) ; à Clermont : Lopy (59e).

Hier :

Lens – Nîmes : 1-3 (0-2)

Arbitre : M. Varela. Spectateurs : 23 026.

Buts pour Lens : Gerard (88e) ; à Nîmes : Briançon (32e), Sissoko (38e), Savanier (66e).

Avertissements à Lens : Opare (36e),
Lopez (68e) ; à Nîmes : Aït Fana (42e),
Alakouch (58e).

Demain

À 20h45 : Brest – Red Star.

Strasbourg – Tours: Reporté

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *