Gueïda Fofana, qui n'a quasiment pas joué depuis trois ans, est contraint de mettre un terme à sa carrière à 25 ans.Gueïda Fofana, qui n’a quasiment pas joué depuis trois ans, est contraint de mettre un terme à sa carrière à 25 ans.

Ce mercredi 18 janvier 2017, le footballeur de l’Olympique Lyonnais Gueïda Fofana a annoncé qu’il était contraint de mettre fin prématurément à sa carrière, à l’âge de 25 ans, en raison d’une ostéonécrose de la cheville droite. Les amateurs de football de la région l’avaient découvert le 13 mars 2007, il y a bientôt dix ans, au stade Fernand-Sastre de Caudebec-lès-Elbeuf. Non pas sous le maillot du Racing Club Caudebécais mais celui de l’équipe de France U16, dont il était un titulaire indiscutable, face à la Pologne. Ce jour-là, il avait raté un penalty et la France avait concédé le nul (0-0).

Deux jours plus tard, au stade André-Roussel de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, les Polonais n’y avaient vu que du bleu et  la France s’était cette fois imposée (5-0) mais sans Fofana, ménagé en raison d’une douleur à la cheville. Après des débuts à Mont-Gaillard, un quartier du Havre, Gueïda Fofana avait signé à l’âge de de six ans au HAC. Après deux saison en Ligue 2, il avait quitté son club formateur en 2011 pour  l’Olympique Lyonnais. Milieu relayeur “box to box”, il s’était rapidement imposé en Ligue 1 et était aux portes de l’équipe de France lorsqu’il a commencé à avoir des problèmes avec sa cheville, en mars 2014. Après avoir tout tenté, il a été déclaré inapte à la pratique du football.

Membre de toutes les équipes de France jeunes des U16 aux U20 et capitaine depuis les U17, il était le capitaine de l’équipe U19 sacrée champion d’Europe en 2010, la génération des Griezmann, Lacazette, Grenier et autres Sunu, Kakuta ou Kolodziejczak. Très mature pour son âge, le sélectionneur des moins de 20 ans, Francis Smerecki, présentait son capitaine comme « un joueur moderne alliant volume de jeu, sens de la récupération, participation offensive et prise de parole sur le terrain ». Tout d’un leader. Une grande carrière lui semblait promise, le destin hélas s’en est mêlé. Cette fin de carrière à seulement 25 ans rappelle combien une carrière d’athlète de haut niveau est fragile.

Lisez aussi:  Strasbourg, une ferveur qui mène haut

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *