Football – Coupe de France (32es de finale) : les honneurs ne suffisent pas pour le HAC

De notre envoyé spécial à Guingamp, Benoît DONCKELE

Cette fois, l’élimination ne rimera pas avec humiliation. Mais encore une fois, point d’exploit. Arrivés en outsiders sur une pelouse où le PSG avait été découpé trois semaines plus tôt (2-1), les hommes d’Oswald Tanchot n’ont pu prendre à contre-pied la logique d’un tirage au sort qui faisait de l’En Avant Guingamp l’immense favori. La hiérarchie a ainsi été respectée à la lettre, et demain, ce sont les Bretons qui connaîtront leurs adversaires pour des seizièmes de finale auxquels le club doyen, comme trop souvent depuis dix, vingt et même trente ans, ne participera donc pas.

Venus pour se tester face à l’une des sensations de la première partie de saison, en Ligue 1, poussés par une envie de laisser, en Bretagne, une image autrement plus soignée que celle dévoilée lors des dernières semaines de l’année 2016, les Ciel et Marine auront rempli la première partie de leur contrat. Oui, collectivement, techniquement, c’est un HAC beaucoup plus séduisant qui donna la réplique. Mais… il y a un mais. Et il est de taille.

Le HAC ne jette
pas l’éponge

Car encore une fois, Bonnet et les siens se sont révélés bien trop tendres, bien trop gentils, pour espérer entrer dans le cercle des héros de ce tour de Coupe de France. Le curseur de l’agressivité n’a pas été poussé suffisamment loin pour aller au bout des idées offensives, à l’image d’un Ferhat qui ose sans vraiment oser. Mais également pour contenir des attaquants guingampais qui ont transformé en or tout ce qu’ils ont touché. Et pourtant, ils n’ont pas touché grand-chose.

Seulement voilà, la deuxième occasion de l’EAG fut la bonne quand, à la réception d’un centre de Coco, Diallo prit le dessus sur Camara pour ouvrir le score de la tête (42e). Et lorsque Briand, servi par Deaux, jaillit au premier poteau sous le nez de ce même Camara, pour venir enfoncer le clou (60e). Jusqu’alors, les coups face aux buts n’avaient été portés qu’à fleurets mouchetés. Mais le réalisme des hommes d’Antoine Kombouaré avait suffi à faire la différence, comme souvent lors de ces confrontations entre L1 et L2.

La tête lourde, mais pas encore tout à fait dans le seau, les Ciel et Marine ne jetèrent toutefois pas l’éponge, conscients qu’à défaut de créer la sensation, ils pourraient au moins peaufiner leur confiance, en termes de jeu. Et c’est alors que Fontaine, de la tête, inquiéta le Suédois Johnsson (73e), ce même portier scandinave qui fut tout heureux de voir la superbe volée de Bonnet finir sa course au ras de son montant gauche (82e).

Lisez aussi:  Jean-Pierre Papin - Guy Roux, le clash !

Incontestablement, le HAC, menaçant, avant que Briand ne signe le break, via Bonnet (57e et 58e) et Duhamel (58e), ne méritait pas de quitter la Coupe sans un honneur sauf, ce but que parvint à inscrire l’ex-Guingampais Dembélé dans les arrêts de jeu, sur un service en or de Gimbert (90e+1). L’attaquant havrais, toujours muet en championnat, inscrivait pour l’occasion son cinquième but, toutes coupes confondues, et permettait aux siens d’en finir sur un score bien plus conforme à la physionomie de la soirée.

Une échéance qui devrait ainsi permettre au HAC d’aborder l’acte 1 de la phase retour, vendredi à Nîmes, avec quelques certitudes retrouvées. Reste désormais à renouer contact avec les émotions du succès. Et pour cela, il ne fait aucun mystère que l’effectif dirigé par Oswald Tanchot ne pourra se passer d’une, ou plusieurs doses de puissance et de vitesse supplémentaires, via le mercato d’hiver. Et le plus vite sera le mieux, car d’ici le 31 janvier, date de la fermeture du marché des transferts, trois journées sont au programme (face à Nîmes, au GFC Ajaccio et Troyes), et de délai pour débuter leur course-poursuite, les Havrais n’en disposent déjà plus.

« On n’est pas allé au bout de nos intentions »

Oswald Tanchot (entraîneur du
HAC)
: « Quitter la Coupe de France, il y a deux façons de le faire. La façon piteuse, où tu ne fais pas le match que tu as envie de faire, mais ce soir, il n’y a pas de regret par rapport à ça, parce que les joueurs ont joué, ont tenté d’être à la hauteur de leurs adversaires. Le regret, il est dans certaines situations. Il y a parfois eu un manque de lecture, et surtout, il y a eu des mises en situation qui n’ont pas débouché sur des vraies difficultés pour Guingamp, parce qu’il n’y a pas eu la dernière passe, ou alors parce qu’on ne frappe pas, qu’on ne centre pas. Trop souvent, on n’est pas allé au bout de nos intentions. Par contre, dans le jeu, j’ai vu deux belles équipes. »

Lisez aussi:  Coupe de France. Niort - PSG menacé par la météo ?

Alexandre Bonnet (milieu de terrain du HAC) : « C’est vrai, on a montré un visage séduisant, mais ça ne nous consolera pas. Maintenant, il faut tirer de bons enseignements de ce match. On a très bien travaillé depuis la reprise, et ça s’est senti face à Guingamp. On s’est rassuré, même si on a concédé deux buts. Guingamp a été plus efficace, mais en termes de jeu, on a montré de belles choses et on s’est créé des situations intéressantes. On y a cru jusqu’au bout. »

Mana Dembélé (attaquant du HAC) : « Par rapport à la physionomie du match, c’est frustrant. Il y avait quelque chose à faire. On a montré un autre visage, mais Guingamp reste une très belle équipe de Ligue 1 et il a manqué quelque chose pour chercher la victoire. Mon but ? C’est juste un petit détail. C’est la qualification qu’on voulait. Passons donc à autre chose. »

Yohann Thuram (gardien du HAC) : « Logique et frustrant. On est tombé sur une équipe qui a beaucoup d’expérience, qui a bien géré son match. Quant à nous, on a montré de bonnes choses, ce qui laisse des regrets. Le but était de se qualifier, mais il y a pas mal de choses intéressantes à retenir pour la suite de la saison. Cela s’est joué sur des détails, un mètre (au marquage) peut faire la différence et là, on l’a payé cash. On encaisse les deux buts sur nos temps forts. On se sentait bien, on avait l’impression de contrôler la situation, mais le haut niveau, c’est ça. Apprenons donc de ce genre d’erreurs. »

À GUINGAMP, GUINGAMP BAT
LE HAC 2 À 1 (1-0)

Arbitre : M. Lesage. Spectateurs : 10 599.

Buts pour Guingamp : Mou. Diallo (42e), Briand (60e) ;
pour le HAC : Dembélé (90e+1).

Avertissement au HAC : Cambon (72e).

GUINGAMP : Johnsson – Angoua, Kerbrat, Sorbon, Marçal – Mou. Diallo, Didot (Mané, 84e), Deaux – Coco, Briand (c) (Livolant, 90e), Salibur (F. Diabaté, 79e).

Entraîneur : Antoine Kombouaré.

HAC : Thuram – Bese, Cambon, Camara, Mendy – Ferhat (Julan, 70e), Fontaine, Ayasse (Salles-Lamonge, 84e), Bonnet (c) – Gimbert, Duhamel (Dembélé, 79e).

Entraîneur : Oswald Tanchot.

(Why?)

Article publié le Sat, 07 Jan 2017 23:21:21 +0000

https://www.google.com/url?rct=j&sa=t&url=http://www.paris-normandie.fr/sport/football-coupe-de-france-32es-de-finale–les-honneurs-ne-suffisent-pas-pour-le-hac-ED7984789&ct=ga&cd=CAIyGWQwZDM3ZWMxOGYzZmRiOTY6ZnI6ZnI6RlI&usg=AFQjCNHiChMfchgwcBQL-A-W0M8t2jlMmQ

Avez vous lu?

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.