Football: Ce que la nouvelle recrue du Racing Jean-Eudes Aholou doit savoir de Strasbourg. Football: Ce que la nouvelle recrue du Racing Jean-Eudes Aholou doit savoir de Strasbourg. – http://www.rcstrasbourgalsace.fr

  • Publié le
  • Mis à jour le

Il portera désormais le numéro 8 au Racing. Lundi, Jean-Eudes Aholouparaphait un contrat de quatre ans et demi avec le RCSA. En provenance d’Orléans, le milieu de terrain de 22 ans, international espoirs ivoirien formé à Lille, est dans le groupe pour affronter Tours ce vendredi (20h) à la Meinau.

A l’occasion de son arrivée au club, 20 Minutes a compilé quelques conseils et choses à connaître lorsque l’on signe à Strasbourg. Une sorte de guide de bienvenue au Racing, à mettre évidemment dans les mains de toutes les recrues à venir.

Un club pas comme les autres. On l’entend souvent, le Racing, est un club particulier pour son histoire, sa relégation, son palmarès, son public… « Les jeunes joueurs ne connaissent pas forcément toute l’histoire. On la découvre en arrivant au club, assure l’attaquant du RCSA Stéphane Bahoken. On se rend compte que c’est un club historique qui compte pour toute l’Alsace, pas que pour la ville. » Fervent supporter du Racing, Guillaume estime que si la recrue « connaît l’histoire du club et notamment l’histoire récente c’est un plus. C’est important que le joueur sache et prenne conscience de l’endroit où il met les pieds : ce n’est pas un club lambda comme Lorient et Valenciennes, sans leur manquer de respect, qui n’ont pas d’histoire, ni palmarès ou très peu, même si le club évolue un cran plus haut. »

Lisez aussi:  France : Ferhat intègre le Top 10 des passeurs

Pour gagner le cœur des supporters. Bon, comme partout, le talent et l’efficacité du joueur aident forcément à s’attirer les sympathies. Si le supporter strasbourgeois peut être exigeant, il y a une règle de base : « Ne pas tricher ! Mouiller le maillot, toujours, résume Guillaume. Après, s’il passe à côté d’un match ou s’il ne fait pas dix roulettes par mi-temps, ce n’est pas grave. L’essentiel c’est d’être un combattant. »

Comment on célèbre une victoire avec les supporters. Avis aux recrues, à Strasbourg, on ne fête pas une victoire avec son public en faisant un clapping. Il y avait bien eu une tentative lors du premier match en Ligue 2, mais vaine. « On préfère le classique et ce qu’on a toujours fait jusqu’à présent plutôt que copier un phénomène déjà connu mais repris en masse cet été, explique Guillaume. On a une identité, nous. » Dans le classique donc : la vague face à la tribune ouest, l’appel des joueurs… « En cas de victoire, le joueur suit le mouvement et c’est bon. »

Et avec ses coéquipiers. Il y a ensuite la célébration au vestiaire. Le fameux chant « Les pouceeees en avaaaaaant ! et tic, et tac, et tic, et tac, et tic, et tac, han – han ! » initié par Jérémy Grimm, « c’est une tradition, il faut s’y plier », indique Stéphane Bahoken. « C’est comme la tradition du bizutage avant le repas à l’extérieur, il faut chanter une chanson. J’avais dû chanter Singuila », rigole l’ancien Niçois, qui assure que la vidéo est bien enterrée.

Lisez aussi:  Cameroun - Affaire Tonnerre Kalara club: Philemong Yang se saisit du dossier

>> A lire aussi: Les ambianceurs du Racing club de Strasbourg, les beaux soirs de victoire

Ce qu’il doit savoir sur son équipe. La recrue aura le temps se créer des affinités avec ses nouveaux coéquipiers. On lui donne quand même un coup de main sur quelques profils. Alors qui est le plus taquin ? « Tout le monde se chambre !, répond l’attaquant. Oukidja peut-être un peu plus que les autres. » Retour au terrain : quand les choses vont un peu plus mal, lequel est le plus agacé ? Bahoken réfléchit : «  Ernest (Seka) je pense. Il a un gros tempérament mais en dehors, il est toujours de bonne humeur. Et puis c’est lui aussi qui vient remotiver les troupes, avec Eric (Marester), Nogueira ou Gonz’ (Anthony Gonçalves). »

Et l’environnement strasbourgeois. Jean-Eudes Aholou n’aura eu besoin de personne pour se rendre compte qu’il fait très froid l’hiver à Strasbourg. Pour le reste, Stéphane Bahoken peut lui vanter les mérites de cette « grande ville, étudiante, qui a été sous influence allemande et qui a une belle architecture. Ah, et la nourriture : on aime bien manger ici, et manger bien gras en plus (Rires) ! Mais à la reprise, on a vu que personne n’avait pris de poids ! »

Mots-clés :

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *