Foot Ligue 2

Publié le | Mis à jour le

Et si c’était l’année d’Amiens ? Le nouveau président de la République Emmanuel Macron est un enfant de la ville, et le club d’Amiens est en course pour vivre une montée historique en Ligue 1. Existe-t-il un lien entre ces deux réussites amiénoises ?

Football - GOURDOL Nathan - Fan de foot, Emmanuel Macron va-t-il vibrer pour la possible montée d'Amiens ? (A.Reau/L'Equipe)

Fan de foot, Emmanuel Macron va-t-il vibrer pour la possible montée d’Amiens ? (A.Reau/L’Equipe)

Des premiers pas de footballeurs à Amiens

Emmanuel Macron, fan de foot depuis sa jeunesse, a débuté son parcours sportif à Amiens. Il a notamment évolué sur le terrain de la Providence, où il a effectué sa scolarité de la sixième à la première. Mais il n’a jamais porté les couleurs de l’Amiens SC, comme ont pu le faire d’autres personnalités par le passé, comme Laurent Delahousse et Jean-Pierre Pernaut. Plus tard, Macron a notamment évolué en tant qu’arrière gauche titulaire de l’équipe de foot loisir de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration).

Dans le microcosme sportif amiénois, son épouse, Brigitte est plus connue. Son père, Jean Trogneux, a été dans les années 60 le premier président de la Ligue de Picardie de tennis et un peu plus tard le premier président du comité régional olympique et sportif de Picardie.

Aucun lien avec le club mais…

A la connaissance des dirigeants, Emmanuel Macron n’est jamais venu au stade voir jouer l’Amiens SC. Ou peut-être est-il venu, mais dans sa jeunesse, alors qu’il était encore anonyme. «Je ne le connais pas personnellement mais je connais la famille de sa femme, j’espère qu’il portera un regard attentionné sur le club, et qu’il saura nous supporter comme on l’a supporté», explique le président Bernard Joannin. «Ces deux réussites communes se croisent, c’est immense pour la ville», poursuit-il.

Lisez aussi:  Monaco tout proche du titre

«On l’a invité pour le match à Reims vendredi», Bernard Joannin

Si Emmanuel Macron semble détaché de l’Amiens SC, le club tente de s’attacher le soutien du nouveau président. «On vient de lui envoyer un maillot dédicacé par les joueurs, avec Macron numéro 17 floqué derrière. On va communiquer sur les réseaux sociaux pour qu’il mette un petit message pour nous», explique Gaspard Truffet, en charge de la communication du club. «ll ne s’est jamais revendiqué supporter d’Amiens, on ne l’a jamais reçu au stade, donc c’est compliqué. Mais après ce maillot, on va essayer de l’accrocher via Twitter. On verra si ça passe», ajoute-t-il.

«Il aime le sport, un jour ou l’autre il va se manifester, surtout si on monte, j’en suis convaincu», lance, optimiste, Lionel Herbet, qui alimente le site du club. Le président Joannin rêve d’accueillir le chef de l’état à un match : «J’ai demandé à Alain Gest, le président d’Amiens Métropole, de lui adresser une invitation pour le match de vendredi à Reims, qui peut être celui de la montée. Je pense malheureusement qu’il a quelques petites obligations en ce moment (rires). Mais je voulais qu’il sache qu’on porte intérêt à son parcours et que le club souhaite qu’il lui montre aussi son attachement en effectuant une visite dans les prochains matches, la saison prochaine.»

Lisez aussi:  Strasbourg - Sochaux : un enfer ou des choses à faire ?

Amiens prêt à faire de l’ombre à l’OM ?

Pour s’attirer la sympathie du président Emmanuel Macron, Amiens va devoir jouer des coudes avec l’OM, qui occupe toute la place dans son cœur de supporter. Agé de 16 ans quand Marseille a décroché son titre européen en 1993, il a plusieurs fois revendiqué durant la campagne son amour pour le club olympien, et a notamment assisté au match contre Dijon au Vélodrome, le 1er avril dernier. Ce jour-là, il a même récupéré le maillot de Dimitri Payet. Son intérêt pour Marseille est sincère et avait transpiré dans le documentaire Les coulisses d’une victoire, diffusé au lendemain de son élection.

Emmanuel Macron, ici au Véldrome en compagnie du président de l'OM Jacques-Heni Eyraud. (N.Luttiau/L'Equipe) Emmanuel Macron, ici au Véldrome en compagnie du président de l’OM Jacques-Heni Eyraud. (N.Luttiau/L’Equipe)

«On peut être amoureux de l’OM et aimer Amiens», note Bernard Joannin. Le président du club d’Amiens est également PDG d’Intersport, et ne comptez pas sur lui pour vouloir chasser le club olympien du cœur de chef de l’Etat. «On est partenaire de l’OM, et dans le colis qu’on a envoyé à M.Macron avec le maillot d’Amiens, on a aussi glissé celui de Marseille. Ces deux maillots ensemble, c’est un clin d’œil, pour lui dire qu’il peut être fan de l’OM, mais que le club de sa ville n’est pas si mal que ça quand même !»

N. G.

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *