Raymond Kopa avait été le premier Français à remporter le Ballon d’or en 1958 sous les couleurs du Real Madrid.

Le football français perd une de ses légendes. Raymond Kopa est décédé ce vendredi matin à l’âge de 85 ans, des suites d’une longues maladies, selon ses proches. Premier ballon d’or français de l’histoire en 1958, alors sous les couleurs du Real Madrid, l’ancien joueur du Stade de Reims possèdait un palmarès riche de trois Ligue des Champions et comptait quarante-cinq sélections avec l’équipe de France. Une minute de silence sera observée ce week-end sur tous les terrains de Ligue 1 et de Ligue 2 pour lui rendre hommage.

Fils d’immigrants polonnais, Raymond Kopaszewski est repéré par le SCO Angers en 1949, qui le recrute contre une somme de 100 000 francs versée à son père. Il a alors 18 ans. Son nouvel entraîneur, Camille Cottin, le présente ainsi : «Ce ne sera plus Raymond Kopaszewski, mais Raymond Kopa ! Cela sonne bien mieux et se retient mieux». L’anecdote, racontée par le joueur en 2015 dans une autobiographie, est le point de départ de sa légende.

 - (AFP/Georges Bendrihem.)

Le jeune avant-centre se révèle au sein du club angevin, qui évolue alors en deuxième division. En 1951, le Stade de Reims s’offre ses services. Dès l’année suivante, il fait ses débuts en équipe de France face à la RFA au stade olympique de Colombes. 

En Champagne, Raymond Kopa signe quelques-unes des plus belles pages de l’histoire de son club. Avec lui, Reims remporte deux titres de champions de France et se hisse en finale de la première édition de la Ligue des champions en 1956 face au grand Real Madrid. Le club espagnol l’emporte 4-3 et recrute dans la foulée le maître à jouer de son adversaire.

Lisez aussi:  Antero Henrique a retenu François Rodrigues, l'entraîneur de la réserve du PSG

Pilier de l’épopée des Bleus au Mondial 1958

 

Sous le maillot madrilène, Raymond Kopa côtoie des légendes, comme l’Espagnol Alfredo di Stéfano ou le Hongrois Ferenc Puskas, et remporte trois Coupes d’Europe de rang. En parallèle, il participe à l’épopée de la Coupe du monde 1958 avec l’equipe de France. Avec 13 buts de Just Fontaine (record jamais égalés), les Bleus se hissent en demi-finale, où ils s’inclinent 5-2 face au Brésil de Pelé avant d’étriller l’Allemagne dans le match pour la troisième place (6-2). La même année, Raymond Kopa est désigné Ballon d’or.

VIDEO. Raymond Kopa : Le Napoléon du football

[embedded content]

De retour à Reims en 1959, il glane deux titres de champion de France supplémentaire avant de mettre un terme à sa carrière huit ans plus tard. En 661 matchs professionnels, Kopa aura marqué 159 buts, dont dix-huit avec l’équipe de France. Le jeune retraité n’en termine pas pour autant avec le football et continue d’évoluer pour le plaisir pendant trente-cinq années supplémentaires, avant de raccrocher définitivement les crampons en 2001, à 70 ans.

«C’était un joueur et un homme d’une classe unique»

Vendredi matin, le Stade de Reims a été l’un des premiers à réagir à l’annonce du décès de son ancien joueur. «Le Stade de Reims est en deuil avec la disparition de son président d’honneur et légende, Raymond Kopa. Le football perd une grande étoile», a twitté le club. «J’ai perdu un frère», nous a confié son ex-coéquipier Just Fontaine.

Le Real Madrid, où les performances de Kopa sont restées gravées dans les mémoires, a souligné la «technique exquise» de l’avant-centre. 

Lisez aussi:  L2 - Sochaux : Ibrahima Konaté par en Allemagne

«C’est une perte terrible pour le football français, a pour sa part regretté le président de la FFF, Noël Le Graët, dans un communiqué. Raymond Kopa fait partie des légendes. C’est un symbole et c’était un précurseur. Sa carrière en clubs comme en équipe de France fut exceptionnelle. Tout le monde garde et gardera en mémoire ses exploits qui resteront inégalés. C’était un joueur et un homme d’une classe unique.»

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *