En vingt grosses minutes, tout a basculé. De l’égalisation de Le Goff pour Lorient face à Bordeaux (69e, 1-1) à celle de Rodelin pour Caen à Paris (90+1, 1-1), Nancy, Bastia, Lorient et Caen sont passés par toutes les émotions. Finalement, l’enfer s’est ouvert sous les pieds de l’ASNL et du Sporting Club. Caen a sauvé sa peau au Parc des Princes (1-1) grâce à Ronny Rodelin au bout d’un scénario haletant. Un but qui condamne Lorient, tenu en échec par Bordeaux (1-1), à jouer les barrages face à Troyes. Dijon, jamais vraiment inquiété dans cette soirée folle, a obtenu le point qu’il lui fallait à Toulouse (0-0). Après 38 journées et 3420 minutes de jeu, c’est dans un mouchoir de poche que s’est joué le destin de ces cinq formations. La fin est tragique pour deux d’entre elles.

Le film de la relégation

Nancy, qui n’a pourtant fait qu’une bouchée de Stéphanois complètement démobilisés (3-1), et Bastia, incapable de s’en sortir au Vélodrome (1-0), filent en L2. Le réveil a sonné trop tard pour l’ASNL. Les douze défaites lors des 16 derniers matches ont coûté cher. Le succès de ce samedi est vain et Nancy n’aura passé que 10 mois dans l’élite avant de retrouver son antichambre. Le Sporting termine à la dernière place. Il n’en a pas assez montré à Marseille. Parmi toutes les équipes sous la menace, Bastia est celle qui s’est montrée la moins audacieuse face à un OM peu inspiré. Mais Gomis, comme si souvent cette saison, a sauvé la mise des Phocéens (74e) pour leur offrir la 5e place et la Ligue Europa.

Lisez aussi:  Coupe de France : Le Stade Brestois (Ligue 2) éliminé par Fleury 91 FC (CFA2)

Caen héroïque au Parc

Caen, lui, a tout fait pour se sauver. Il a renversé tous les élèments contraires. Et ils ont été nombreux sur l’une des pelouses les plus hostiles de France. Il y a d’abord eu cette toile de Vercoutre sur l’ouverture du score de Rabiot (13e), le penalty de Rodelin arrêté par Trapp (76e) et le but de l’égalisation injustement refusé à Féret (85e) pour un hors-jeu imaginaire de Tell. Il en a fallu du caractère pour s’en relever notamment à Rodelin qui a inscrit le but le plus important de sa carrière (90+1e).

Après 23 minutes dans la peau de barragiste, le Stade Malherbe a laissé cette place peu enviable à Lorient. Les Merlus, menés dès la 7e minute et un but de Sankharé, ne se sont pas facilité la tâche face à Bordeaux. Et c’est l’improbable défenseur Vincent Le Goff qui a offert le nul aux Merlus (69e, 1-1), lui qui n’avait plus marqué depuis deux ans et demi. Ce but vaut tout de même de l’or pour Casoni et sa bande. Parce qu’il condamne Nancy à la L2 et lui offre une séance de rattrapage face à Troyes. Lorient aura une ultime chance de se sauver. Cette fois, ce sera la dernière.

Lisez aussi:  La méthode de Thierry Laurey porte ses fruits à Strasbourg

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *