Michael Ciani se prend la tête. Au sens propre. © Maxppp – Jérôme Fouquet / Ouest-France

Pour le FC Lorient, la solution la plus simple afin de se maintenir en Ligue 1 serait de gagner le match retour des barrages, face à Troyes, sur le score de 1-0. Marquer, Lorient sait faire. Ne pas encaisser de but, c’est autre chose…

Ce jeudi, à Troyes, le FC Lorient a encaissé ses 79e et 80e but de la saison ! Les Lorientais ont d’abord laissé Nivet partir dans leur dos, et n’ont ensuite pas suivi Darbion. Sur le second but, le même Nivet a récupéré un ballon plein axe, puis a pu armer sa frappe …

Toutes compétitions confondues, 43 matchs en tout, personne, en Ligue 1, n’a plus encaissé que les Merlus. Ils n’ont réussi que quatre « clean sheet » : trois au Moustoir, un à l’extérieur : à Lille, courant février.

Le constat est douloureux car le club avait mis le paquet, financièrement, après les départs de Guerreiro et de Gassama. 1 million 200.000 € l’été dernier pour acheter Steven Moreira, et 2 millions lors du mercato hivernal pour Mathieu Peybernes (plus le prêt de Lindsay Rose à Bastia). Malgré ça, malgré l’apport de Michaël Ciani, et malgré une certaine stabilité dans les titularisation en fin de saison, le FCL n’a jamais trouvé la formule magique.

Lisez aussi:  Dribbles, tacles, passes... Les équipes types statistiques de Ligue 1

10 buts encaissés sur corner cette saison

le secteur défensif est pourtant très fourni, quantitativement. Touré, Rose, Bellugou, Lautoa ont tous eu leur chance. Aucun ne s’est imposés en charnière centrale. Au point que ces deux derniers ont surtout joué à récupération durant la seconde partie de saison.

Il y a eu moins de roulement sur les ailes. Le Goff n’a pas eu de concurrence à gauche. Et Moreira était titulaire de son couloir droit, d’où a totalement disparu Paye, pourtant rétabli de sa blessure.

Cette vulnérabilité se constatait aussi sur les phases arrêtées : Les Merlus ont craqué 18 fois dans ce secteur de jeu. Ils ont même été les plus vulnérables sur corner, avec dix buts encaissés.

Qui pour couper les contre-attaques adverses ?

Mais il serait trop injuste d’incriminer uniquement Benjamin Lecomte, et la ligne de quatre défenseurs. Si le FC Lorient est si vulnérable, c’est aussi parce qu’il a de gros manques à la perte de balle.

Lisez aussi:  Recrutés à l'été 2016, ils ont peu ou pas joué en Ligue 2 - MaLigue2

Qui, aujourd’hui, tient le rôle que tenait Didier N’Dong la saison dernière ? Lequel n’hésitait pas à faire obstacle de son corps pour couper une contre-attaque adverse ? Enfin, à l’issue du barrage aller, Bernard Casoni reconnaissait une erreur tactique en première période. Le 4-4-2 a, sans doute, laissé à Benjamin Nivet les espaces pour déployer son jeu.

Çà, plus les sautes de concentration déplorées après-match par Benjamin Moukandjo, font que Lorient se retrouve au pied du mur, avant le barrage retour.

Lire l’article d’origine

Avez vous lu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *